19 octobre 2017

Jour cédé

A l’incompréhension de la visée

Où chacun déplie ses ailes                         

Sur le chemin de la veille.

 

 

Cœur ouvert au vent

Moissonneur de désirs brûlants

La tête et l’esprit aussi clairs de peau

Que le filet d’eau du ruisseau

Où s’altère notre sang

Avide du froment des ans 

Sur les rives de nos trêves

Et de nos mauvais rêves.

 

Démantelés, nous finirons démantelés.

 

- Bruno Odile -Tous droits réservés ©

Posté par lacollineauxciga à 22:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Jour cédé A l’incompréhension de la visée Où

    Très beau comme toujours même si la conclusion au sens propre et figuré m'effraie..

    Posté par Sedna, 26 octobre 2017 à 14:59 | | Répondre
    • Oui, poussière, nous retournerons à la poussière.
      Il n'en est pas moins pour toute énergie. D'un bloc, nous nous re-éparpillons dans l'océan de l'univers qui nous a donné la vie et ainsi indéfiniment.

      Posté par lacollineauxciga, 27 octobre 2017 à 07:35 | | Répondre
Nouveau commentaire