04 octobre 2016

A trop vouloir devenir qui l’on est, une double vie s’impose.

La différence qui nous acclame est inséparable au mouvement qui nous regroupe. Voilà le blé et l’orge qui se congratulent. Voici le baiser du silence au cœur de chaque parole. Je voudrais m’oublier dans le regard de l’autre, alors que c’est mon regard qui s’estompe, ma plaie qui s’efface pour n’être plus qu’un affaissement, un éboulis de charabias étourdis sur le bord des gencives du monde.     Mes sens sont des fenêtres. Je ne te vois plus, je te sens et t’écoute. Ton parfum pénètre l’onde que je reçois. Une écume... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 17:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 septembre 2016

Je dors dans une nuit filante sur l’oreiller de la vacuité.

Sextant à l’autre bout de la terre, l’amour gravite autour des forêts, d’arbre en arbre, de fruit en parfum. Le désir qui occupe mon esprit est de rendre le sentiment orgastique et végétal. Parce que l’image déstructurée est vite un fardeau, elle déglutie l’abusive place qu’elle occupe dans le regard. L’angoisse physique paralyse les pulsions narratives. Mon corps est une fin en soi. Tout naît et s’achève dans l’espace clos de la rétention forcée. L’ossature du Moi laudatif débride doucement la suffocation de l’humeur... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 19:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 septembre 2016

Je suis à l'extrémité du frisson qui m’effleure.

Le cheminement consiste toujours à basculer de l’attention à l’affection. Affecté, on l’est forcément. Le sentiment de restriction est affligeant et les obstacles paraissent surdimensionnés. J’ai conservé le souvenir de la fluidité et ce barrage à l’intérieur de moi contrarie l’épanchement naturel de mes gestes. Mais, on ne recommence pas à vivre, on continue seulement un chemin entamé depuis le premier jour. Hier encore, je lâchais prise sur un événement qui venait contrarier mon rétablissement et ma progression. Enflammé et... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 18:27 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
08 mars 2015

Coupé, je suis déraciné.

Ecoute, écoute, ce qui se perd à l’aube du remue-ménage. La grâce fidèle du corps de vie s’étend à perte de vue sur les sens couverts de chapelure. L’écorce se dégrafe des gestes habiles et l’orange immature s’offre au soleil qui la peint doucement. Ecoute, le bruit du jour se retournant dans la litière nocturne, il baille dans la neige tendre. La joie de la lumière grimace dans la tranchée d’herbe verte. L’obscurité endémique des grottes sans cheminée devient clarté pour le cœur carbonisé. La transparence des mots et des syllabes... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 06:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 mars 2015

J’habite l’instant qui me traverse.

Sans domicile, la matière retaillée exécute des danses incompréhensibles. Sollicitée, ma chair disloquée panique. Les assauts de la tempête arrachent au sang toute sa sève. Que répondre à l’appel de l’air ? Je suis autant handicapé pour me mouvoir que pour penser mon corps défectueux. Et voilà que je songe au monde derrière le monde, aux sillons parmi les damnés de la terre, aux mille et une crevasses qui serpentent sous la passerelle. L’eau pure qui me traverse chante la part absente enlisée sous l’aube absoute. Elle se jette à... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 05:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 février 2015

Est-ce bien moi dans le miroir ?

Ma voix crépite dans la brume où bourdonne ma tristesse. La parole du membre perdu ne se retrouve pas dans la mêlée des poussières corrosives. La chair opacifiée occupe pleinement le regard troublé par l’asphyxie du manque. L’exclusion réserve sa bonté à la création du vide. Ma conception du monde éclate et se déréalise comme le bruit d’une cornemuse traverse le brouillard. J’ai perdu l’appétit, ma conscience rompt avec un corps ne sachant plus saisir les perspectives du vide. Dépossession et dé-cantation sont déconcertantes !... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 07:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2015

Ensemble, tout se tient ; isolé, tout s’écroule.

Massacre de l’unité, jeu de fléchettes aiguisées, jeu de dés controversés, j’aborde les pays rêvés comme un grain de sable traverse les plages lointaines. L’amour, la joie, la vie, autant de raisons déraisonnables, autant d’aveugles parcours au-dessus des arcs-en-ciel de la beauté. Je rejoins l’universalité des causes proclamées par l’aube qui se lève. J’épouse les formes que me concèdent les saignées du temps battu par le fouet des langues sans poésie. Je ne suis pas doué pour marcher sur les mines de la perte. Destin vague et... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 06:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 février 2015

Je suis cette boîte à os qui donne corps à mon esprit.

Que l’on soit né ici où ailleurs, que l’on tisse des ficelles ou des bouts de soie, l’essentiel de notre énergie vitale s’embrouille avec le feu giclant dans le brouillard. Une vie nouvelle, toujours recommencée, raccommode le présent en fuite. Le destin m’a confié ses yeux pour que je trouve ma place entre ses bras. Entier ou découpé, c’est du pareil au même, j’accomplis des boucles buissonnières où s’accrochent des silences liant les berges et les orages dévastateurs. Toi, tu marches, debout. Et moi, je te suis avec les os que je... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 08:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 février 2015

J’accoste à l’énergie désaffectée.

La faille n’est pas ici. Tout ce qui s’effondre revendique l’éruption soumise de la terre dans son épreuve de gonflement. Les racines boursouflent toujours avant d’éclater pour soulever le sol. Un instant, je suis le feu dissimulé dans mes entrailles et un autre, je suis l’effusion de peaux mortes jaillissantes. Dans mon corset de deuil baignent de blêmes mémoires, des terrains vagues décapotés d’exigences sournoises. La gratitude ne vient qu’après. Je salue l’abondance des orages semant la pluie multicolore sur les routes aux totems... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 09:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
14 février 2015

Un petit déclin de compensation.

A l’envers du ciel manichéen, la différence et les variations que j’avais crues omniprésentes à tous les étages de la comparaison n’affirment plus avec autant de certitude leur arrogance naturelle. Ma vie est prise dans le filet des autres. Les ressemblances masquent si abondamment les variations de nos identités et les histoires de chacun que j’opte finalement pour une dissemblance distinguée et caractérisée. Il me semble que c’est dans l’écart et la distinction de chacun que je prends la juste mesure des frontières de la communauté... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 07:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]