07 octobre 2015

RésonNances (61)

J’écris au-dessus de moi, le bras déplié et les ailes à califourchon sur les nuages. Des peupliers fouettent mes doigts. Je ne scintille pas au-delà de la pleine voix illuminée. Je suis assis sur la roue des heures qui me hisse à travers la transparence des saisons.                    Dans la fuite sonore du sans espoir, j’écris cette horde d’accents grinçant comme une ferraille rouillée. J’écris à plat, en dehors des trois dimensions que le vide... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 04:46 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

05 octobre 2015

RésonNances (56/60)

C’est un jour que l’on ramasse dans l’herbe. C’est une comédie de fleurs et de papillons que l’on découvre sous la ravine. Chaque averse fait déborder ce torrent de couleurs et toute la vallée devient une bonbonnière multicolore.     Quelques mots transpirent encore l’alcool d’une ivresse lointaine. Ils se couchent dans la fourrure des jardins abandonnés.     Chaque retour de voyage est un cimetière vivant que je transporte malgré moi. Des ombres phosphorescentes et différentes lumières marbrées... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 01:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 octobre 2015

RésonNances (58)

Quelque part, il y a une parole nocturne qui ne cesse de jouer au chat et à la souris avec l’instantané.     Des expressions solitaires mettent en jeu la nuit dans sa mélopée la plus sournoise.                 J’entends leurs coulées douces dans les rimes de mon cœur.     Elles ne sont pas l’écho froissé d’une quelconque compréhension. Non ! Elles ruissellent gentiment sur le bout de ma langue sans donner corps à la sonorité... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 07:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
30 septembre 2015

RésonNances (57)

Derrière cette porte mystérieuse où tout s’en va, la voix manque. Les mots se rétractent et de longs plis desséchés figent leurs graines narratives en les empêchant d’éclore.            Chaque espace vivant est déroutant. Ma boussole marque les ruisseaux de mon cœur avant d'indiquer le meilleur chemin à prendre pour aller tout droit sur la poitrine du monde.                 Pourtant, ma parole n’offre pas exactement... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 07:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 septembre 2015

RésonNances (56)

Même dans un bouche-à-bouche insensible, les mots font trop de bruit. Il y a trop de fracas de feuilles mortes dans le son d’une voix.     Je m’efforce de peindre le bourdonnement aux couleurs de mon souffle, mais mille étages de couleurs s’effondrent en avançant.               Qu’importe entre quelle hanche ou dans quelle poitrine le vacarme se glisse. Nous marchons tous vers la même extrémité.        ... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2015

RésonNances (55)

La mort d’aujourd’hui me parle d’insomnies récurrentes. Moi qui n’ai qu’une fine lumière lointaine dans mon jardin de vie. Je baigne dans une liqueur d’étincelles où la pesanteur charnelle incarne l’horizon. Je respire l’odeur de l’effacement au centre obscur du monde.    Hier encore, je levai la tête pour imaginer la parole aux cimes du ciel. Je sais à présent qu’elle déborde tous les chemins du chaos. Je sais qu’elle est la seule corde pour gravir les sommets de l’existence.     ... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 10:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 septembre 2015

RésonNances (54)

A présent, les mots s’abîment sur les pointes jaillissantes d’obscures haltes avant d’être aimantés par le blanc de la page.                   L’insatisfaction salutaire résulte de celle qui rend la parole habitable d’une vérité bouleversante.     Ce qui est décisif ne dure qu’une seconde. Nous absorbons les heures qui s’abattent sur nos chairs comme si elles étaient excédées par une demande pressante.     ... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 08:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 septembre 2015

RésonNances (53)

J’écris à présent comme on dépose une seconde de réalité insaisissable sur les fêlures de l’oubli. Clos dans un monde qui s’achève là où il commence, je suis cadenassé de l’intérieur, fermé d’avoir souffert dans un silence avare d’inutiles propos.             Tout est présent dans ma pensée, mais ce qui voit le jour est déformé, dépecé, divisé. L’instant a le délicieux frisson de n’être qu’un infime fragment du grand tout.           ... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 08:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
16 septembre 2015

RésonNances (52)

Voix élastique, les ruisseaux de ma gorge sont la cathédrale de tes expressions. De ce baptême naissant en moi s’habillent les cliquetis et les accents de la furie qui occupe mon sang.    Une mélodie neuve chante sous les arbrisseaux. Il y a un décalage insidieux entre le son de ma parole et celle de la convenance. Des grillons déblatèrent à l’ombre de mon contenu.                   Temps incertains où les langues remuent, vacillent,... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 septembre 2015

RésonNances (51)

Souverain, l’échange naît dans la déchirure de soi, là où dans un renfoncement de l’esprit, le neuf et l’ancien font orage.     Les phrases transportent des fagots aux allures martiales. Un escadron de mots traverse le brouillard des plaines matinales avant de glisser sur des plaies mal refermées. Je sens la matière proche et pénétrable.               Des centaines de serments demeurent attachés les uns aux autres dans l’attente d’une libération... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 08:54 - - Commentaires [6] - Permalien [#]