06 octobre 2017

Ne pas céder aux roulis du vide

               Quelle voix surgit près de moi ? Quel gémissement titille mon oreille ? Dans le silence du monde, j’entends battre mon propre cœur. Je suis ballotté par une tension qui n’est pas la mienne. Je communie avec une promenade sans frontière, un lieu virtuel où les mots et les âmes se décolorent.   Il y a une vie derrière les paroles. Au fond de chaque mot, une histoire se trame. Comme une bougie sous un abat-jour, comme un grain de lumière sous la porte, comme le... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 03:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 septembre 2017

Parmi les pierres.

Quelqu’un tisse une toison d’éclairs sur le mur d’en face. Glaneurs infatigables, les plis de la bouche s’ouvrent et se ferment sous la luminosité intermittente.           Je vois une langue qui s’agite, roulant dans l’air et tournant vers la lumière. Un mot dans la gorge s’éclaire puis disparaît dans le puits des songes.   Un peu plus loin, une femme se penche puis s’approche. Marchera-t-elle jusqu’à sortir de l’ombre ? Âme frileuse, farouche, lassée par le brouillard, elle... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 00:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 septembre 2017

Les mots de l’attrape-jour.

         Je ne saurais rien te dire sur l’imperceptible parfum de l’avenir. De ce frottement à la charnière des heures, de cette confrontation entre vacarme et silence, de cette jointure au monde ; il manque toujours un sourire à nos soupirs.   Tous ces espaces transitoires, je les imagine chalouper de vague en vague, surfant de ligne en ligne comme un refrain décadent, comme une rengaine ancienne renaissant sur le jour à venir.   Des suites chiffonnées réduisent ou augmentent la différence de... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 21:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 septembre 2017

Avancer pour ne pas ressentir l’emprise du néant.

La mort d’aujourd’hui me parle d’insomnies récurrentes. Moi qui n’ai qu’une fine lumière lointaine dans mon jardin de vie. Je baigne dans une liqueur d’étincelles où la pesanteur charnelle incarne l’horizon. Je respire l’odeur de l’effacement au centre obscur du monde.   Hier encore, je levai la tête pour imaginer la parole aux cimes du ciel. Je sais à présent qu’elle déborde tous les chemins du chaos. Je sais qu’elle est la seule corde pour gravir les sommets de l’existence.   ... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 00:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 septembre 2017

Sur la tranche translucide des mots.

     J’écris à présent comme on dépose une seconde de réalité insaisissable sur les fêlures de l’oubli. Clos dans un monde qui s’achève là où il commence, je suis cadenassé de l’intérieur, fermé d’avoir souffert dans un silence avare d’inutiles propos.         Tout est présent dans ma pensée, mais ce qui voit le jour est déformé, dépecé, divisé. L’instant a le délicieux frisson de n’être qu’un infime fragment du grand tout.         Tout s’accole en un... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 07:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
30 août 2017

Je sens la matière proche et pénétrable.

Souverain, l’échange naît dans la déchirure de soi, là où dans un renfoncement de l’esprit, le neuf et l’ancien font orage.   Les phrases transportent des fagots aux allures martiales. Un escadron de mots traverse le brouillard des plaines matinales avant de glisser sur des plaies mal refermées. Je sens la matière proche et pénétrable.            Des centaines de serments demeurent attachés les uns aux autres dans l’attente d’une libération providentielle.   Il m’aura... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 02:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 août 2017

Les empreintes de l’émotion.

Pourtant, quelque part dans l’inachevé, existe le bruit du silex et l’attente du feu. Quelque part, le parfait n'est plus qu'une mesure invalide, une objection à l’omniprésence du réel.                        La douleur de la raison piégée dans mon corps me contraint à siroter à la gratuité de l’existence un peu d’alcool et de lumière bleue.   Mon acuité s’étiole, ma conscience s’amenuise et se réduit à ce qui accapare... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 05:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 août 2017

Transgresser, tarir et renouveler.

Il est des jours où la rumeur siège au bord de l’envahissement. Des jours où elle comble le vide des ténèbres par l’explosion du langage libre et le secret des choses inconscientes.   La voix en rafales s’affale comme un air suspendu que plus rien ne retient. Elle médite dans les fonds de brume avant de surenchérir la pitié que l’on n’accorde qu’à soi-même.          Vulnérable de soi autant que des autres, nous habitons la concision de nos brièvetés de la même manière que le désarroi de... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 06:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 août 2017

L’apprentissage de l’évidence.

Écrire revient, sans doute, à délayer le sang dans le rouge silence de la nuit intérieure. Lorsque je pose le mot sur la page, mon corps se crispe comme un muscle dans l’effort.   Le geste du poignet accompagne l’extraction du verbe enseveli par le sable recouvrant la pesanteur du vide. Dans le va-et-vient du souffle, vagabonde un libre champ d’échos veloutés.   Écrire, c’est sans doute se délivrer de la charge austère des vérités matérielles pour s’alléger des démons cachés dans nos entrailles à l’aide d’un... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 19:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
27 juillet 2017

Le réel discursif accouche d’une marre de rêves.

Quelqu’un tisse une toison d’éclairs sur le mur d’en face. Glaneurs infatigables, les plis de la bouches’ouvrent et se ferment sous la luminosité intermittente.           Je vois une langue qui s’agite, roulant dans l’air et tournant vers la lumière. Un mot dans la gorge s’éclaire puis disparaît dans le puits des songes.   Un peu plus loin, une femme se penche puis s’approche. Marchera-t-elle jusqu’à sortir de l’ombre ? Âme frileuse, farouche, lassée par le brouillard, elle parle... [Lire la suite]
Posté par lacollineauxciga à 04:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]